Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


Pour mieux dormir, respirez !

Sommeil, se poser les bonnes questions !

2603545 9fddf
La mine fatiguée, les cernes, les nuits blanches, les réveils difficiles, les besoins de compensation alimentaire par manque d'énergie, tout ceci peut être évité.
Oui mais comment ? 

Concernant les recommandations sur le sommeil, avoir une bonne hygiène du sommeil est souvent la 1ère chose qui nous vient à l'esprit comme limiter l'usage des écrans, neutraliser les perturbateurs sonores, manger léger le soir mais cela suffit-il pour arriver à bien dormir ?

En fait "Bien dormir" n’aura plus de secrets pour vous quand vous aurez fait de votre corps et de votre sommeil vos meilleurs alliés.

Pour cela voici quelques bonnes questions à vous poser  : 

1. Quelle relation avez-vous avec votre sommeil ?

Avoir une bonne relation avec son sommeil c'est éviter de jouer au pompier et décider de s'en occuper avant que des troubles se manifestent.
Voyez vous votre sommeil comme une perte de temps ou comme un moyen d'offrir à votre corps des possibilités de récupération, de régénération et de protection. Percevez-vous votre corps comme une machine qui ne doit jamais s'arrêter ou savez-vous lui offrir des moments de récupération ?

Pensez-vous que le sommeil est acquis et qu'il est  inutile de s'en occuper tant que tout va bien ?  Pourtant il est facile de le perdre et beaucoup plus difficile de le retrouver, par conséquent en prendre soin n'est pas du superflu. 

Avoir une bonne relation avec son sommeil c'est aussi se lever le matin avec de la gratitude pour la nuit que l'on vient de passer et non pas en grommelant et en effectuant de manière mécanique les mêmes gestes sans enthousiasme. Le corps et les fonctions biologiques qui le composent sont sensibles au message qu'ils reçoivent. 

Evidemment quand des troubles du sommeil sont déjà installés, il est nécessaire de revisiter la relation que vous avez entretenue avec votre sommeil jusqu'à lors. Observez si vous appréhendez l'heure d'aller vous coucher par peur de ne pas arriver à dormir car dans ce cas le sommeil est devenu synonyme d'angoisse. 

De la mème manière, écoutez ce que vous dites concernant votre sommeil pour éviter de tomber dans les prophéties autoréalisatrices. Revoyez votre discours si vous répétez fréquemment je dors mal, je n'arrive jamais à dormir, cela fait 10 ans que j'ai perdu le sommeil etc... 

2. Respectez-vous votre rythme ?

Notre corps n'est pas une machine, il possède une horloge biologique calée sur l'alternance jour-nuit qui lui donne des indications sur ses besoins de récupération. Le sommeil fait partie des rythmes circadiens. Nous sommes programmés pour être actifs le jour et dormir la nuit. Vient s'ajouter à cette programmation, notre profil chronotype c'est à dire notre nature initiale qui fait que certains sont de grands dormeurs et d'autres ont besoin de peu de sommeil, certains sont des lèves tôt et d'autres plutôt des couches tard. 

Respecter son rythme c'est, dans la mesure du possible, suivre cette alternance jour nuit (à part pour les travailleurs de nuit). C'est aussi respecter ses besoins, si vous êtes un grand dormeur et que vous grignotez régulièrement vos heures de sommeil, vous serez assez rapidement en dette de sommeil donc fatigué. C'est un risque que connaissent bien les personnes qui exercent en horaires décalés ou de nuit quand elles dorment peu pour privilégier la vie de famille. Les deux sont nécessaires : dormir suffisamment et (et non pas ou) maintenir les liens familiaux. 

3. Permettez-vous à votre corps de suffisamment se détendre ? 

Il est un peu utopique de penser qu'un corps mis sous tension toute la journée trouvera facilement le sommeil au moment de l'endormissement.
Pour s'endormir le corps doit être détendu physiquement et psychiquement. 

La pratique de certains sports comme le yoga et d'exercices de détente comme en sophrologie peuvent aider votre corps à se relaxer en profondeur. Elles peuvent aussi aider à libérer un mental trop agité, qui tourne trop en rond et qui créé inutilement des tensions. 

Pour nous endormir nous devons atteindre les ondes delta, celles qui correspondent à l'état de sommeil. Or il existe plusieurs niveaux d'ondes en lien avec notre niveau d'éveil ou de relaxation. Le niveau Bêta correspond à l'éveil et à l'activité, le niveau Gamma à la gestion des informations, le niveau Alpha à la relaxation légère et à la créativité, le niveau Théta à la relaxation profonde avant le sommeil. il est aisé de comprendre que si nous sommes en pleine activité cérébrale juste avant d'aller nous coucher, cela va prendre un peu de temps au corps pour se détendre et changer de niveau d'ondes. 

 4. Etes-vous suffisamment attentif(e) à votre confort  ?

Le confort lorsqu'il s'agit de sommeil englobe de nombreux aspects :

. La chambre : aérée au sens propre comme au sens figuré c'est à dire rangée, accueillante, ventilée où la température est tempérée (idéalement entre 18 et 20 degrés) et réservée au sommeil. 

. La literie : de bonne qualité avec des draps qui le sont également. Les matières naturelles ont un effet bénéfique sur le sommeil. 
Ne pas oubliez dans le même registre, la qualité de ce que l'on porte sur soi pour ceux qui portent un pyjama. Le coton ou mieux encore la soie sont des matières qui permettent au corps de réguler la transpiration et de respirer. 

. L'obscurité dans la chambre et le calme environnant sont aussi 2 conditions qui favorisent un bon sommeil. 

5. Demandez-vous  l'impossible à votre corps ?

Il nous arrive parfois de trop vouloir contrôler notre sommeil. Or s'il n'est pas bon de ne pas en prendre soin, il n'est pas bon non plus que cela tourne à l'obsession.

Si vous pensez qu'il vous faut vous endormir en un nombre de minutes très précis, qu'il n'est pas question de vous réveiller la nuit, jamais, que vous ne devez pas ronfler et que votre corps ne doit pas être perturbé alors même que vous venez de faire un repas trop copieux et bien arrosé  avant de vous coucher, peut être serait-il bon de modifier vos pensées ou vos choix ceux qui justement perturbent votre sommeil. 

Pour mieux dormir, respirez !